Enseigner avec les Intelligences Multiples, Lectures, Non classé

Pensées de fin d’année scolaire…

J’ai pu récemment lire dans le livre (déjà recommandé il y a quelques mois) :  « La classe renversée » de J.- C. CAILLIEZ :

  • « La matière enseignée est assez intéressante pour capter l’attention des élèves ;
  • Les élèves sont capables d’enregistrer et d’intégrer un flot continu d’informations pendant plus de 50 minutes ;
  • Les élèves apprennent en écoutant ;
  • Les élèves sont des auditeurs avertis et habiles à prendre des notes ;
  • Les élèves ont des connaissances préalables et le vocabulaire suffisant pour parvenir à suivre les exposés ;
  • Les élèves sont capables de diriger, seuls, leur propre compréhension ;
  • Les élèves sont assez sûrs d’eux-mêmes pour le dire lorsqu’ils ne comprennent pas ;
  • Les élèves peuvent traduire ce qu’ils entendent en action. »

Si ces affirmations conviennent à un tout petit nombre d’élèves, ce n’est pas le cas de beaucoup d’adolescents. Ils ne sont pas de mauvaises volonté, mais l’école n’offre pas toujours (ou n’a pas offert) les conditions suffisantes pour leur permettre de s’épanouir. L’intelligence, la curiosité et le dépassement de soi demandent un terrain de jeu et de déploiement bienveillant et sécurisant. En trouvant les leviers pour maintenir (parfois relancer) l’envie d’apprendre, l’envie de se dépasser, on assiste à de très belles expériences.

Ce mois de juin se termine avec son lot de joies, de fierté, de déceptions parfois, mais surtout avec la satisfaction d’avoir pu assister au déploiement d’ailes de beaucoup d’élèves. Après trois ans d’expériences pédagogiques réalisées au sein de mes classes (avec la joyeuse participation de mes élèves), je suis encore plus convaincue qu’être enseignante est le plus beau métier du monde.

Belles vacances à tous !

Lectures

Tous à la sauce prussienne ?

Dès les premières pages, l’auteur donne le ton et nous savons que la lecture de ce livre ne renversera pas que la classe…Cet ouvrage se révèle très intéressant pour tous ceux qui désirent changer leurs méthodes d’enseignement. A la fois réflexif et méthodologique, il mérite d’être inscrit sur votre liste des livres à lire avant la fin de l’année !Livre.jpeg

Extrait : « Qui a eu cette idée folle de placer, un jour, tous ses élèves en rang d’oignons face à lui ? Qui a eu cette curieuse idée de se planter là, droit devant eux sur une estrade, la craie à la main devant son tableau noir ? D’après Salman KHAN, cette organisation de l’école telle que nous la connaissons depuis « toujours » dans le monde occidental, avec l’année divisés en journées, elles-mêmes divisées en heures de cours, en disciplines et en matières distinctes, avec des enseignants formés par l’Etat et des programmes établis de manière rigoureuse, nous vient de la Prusse du XVIIIe siècle ! Sans doute l’innovation de l’époque ! 

C’est donc en ces temps passés  qu’a été  inventé notre système éducatif, notre modèle académique, celui dont nous sommes si fiers aujourd’hui et que nous reproduisons chaque année avec plus ou moins les mêmes rituels. Cette école traditionnelle à la sauce prussienne n’a certainement pas été pensée comme un objet pédagogique destiné à développer l’esprit critique. Au contraire, elle a été conçue comme un objet politique pour la formation de citoyens « loyaux » et « malléables ». Salman KAHN cite à ce propos le philosophe et théoricien politique prussien Johann Gottlieb FICHTE à l’origine de ce système éducatif qui disait : « Si vous voulez influencer  quelqu’un, vous ne devez pas vous contenter de lui parler : vous devez le former d’une telle façon qu’il ne désire pas autre chose que ce que vous souhaitez qu’il  désire« . 

Ces propose font résonance avec ceux de Maria MONTESSORI qui disait en 1947 : « Comment pouvons-nous parler de Démocratie ou de Liberté lorsque, dès le début de la vie, nous formatons l’enfant pour subir la tyrannie, pour obéir à un dictateur ? Comment pouvons-nous espérer la démocratie quand nous avons élevés des esclaves ? La vraie liberté commence au début de la vie, pas à l’âge adulte. (…) ». »

accueil, Lectures

Réinventer l’école !

Et si on écoutait la pensée de philosophes contemporains ?

J’aimerais vous présenter Cynthia Fleury : philosophe, psychanalyste et chercheuse à l’Institut des Sciences de la communication. Elle est également professeur de philosophie politique à l’American University of Paris. Elle travaille sur les outils de la régulation démocratique.

Il y a quelques mois, ma sœur, philosophe de formation, m’avait vivement conseillée de lire l’ouvrage de Cynthia Fleury : « Les pathologies de la démocratie ». Je m’y suis plongée et un chapitre a fait résonnance à ma conviction que l’Ecole était à réinventer.

Capture d_écran 2018-09-08 à 20.39.20

Je vous laisse découvrir sa pensée :


« Ma conviction profonde (…) c’est que l’école est le haut lieu du politique et que s’il est un rôle dont on sous-estime la portée, c’est bel et bien celui de l’enseignant.

Si, aujourd’hui, la démocratie tend à l’entropie (degré de désorganisation ou de manque d’information d’un système) et la société à l’endogamie (obligation, pour les membres d’un groupe social défini (tribu, lignage, etc.), de contracter mariage à l’intérieur de ce groupe), c’est parce qu’il se joue quelque chose à l’école – ou plus exactement, parce qu’il ne s’y joue plus rien.

Si l’on veut préserver l’énergie de la démocratie, il est certain qu’il faut « éduquer » les élèves afin qu’ils soient en état de poursuivre l’invention de la démocratie, c’est-à-dire de réformer le projet politique de la démocratie. En un mot, il ne faut pas former des « suiveurs » mais des réformateurs, des concepteurs, des inventeurs de la norme. L’école est le lieu où doit s’imaginer la norme politique de demain, de lieu de l’innovation démocratique. (…)

Or, force est de constater que l’école s’échine principalement à former des non-perturbateurs, pensant qu’elle préservera d’autant mieux la santé démocratique qu’elle engendrera des conformistes. (…) En enseignant uniquement la norme et non sa remise en cause, on met en place l’inévitable entropie ; on orchestre le déclin démocratique. Former des citoyens, ce n’est pas « castrer » l’individu, le cloisonner dans un certain type de comportement, mais au contraire lui donner le goût de « soi » et lui permettre l’exercice de la citoyenneté comme un attribut essentiel de sa personnalité. Eduquer, c’est faire comprendre à l’enfant que son émancipation personnelle a tout à gagner du concept de citoyenneté. C’est lui prouver qu’il existe un versant « public » de sa créativité personnelle, une part de lui-même qu’il peut dédier – et en toute confiance- à la res publica.

C’est la raison pour laquelle le fait de réfléchir sur les nouvelles pratiques innovantes de la pédagogie, c’est travailler directement à la santé démocratique, en ce sens que cela revient à penser les fondements du projet démocratique. L’éducation est donc moins la conséquence de la démocratie que sa source.

C’est pourquoi, si enseigner des contenus est important, ce n’est sans doute pas l’enjeu principal de l’enseignement public. Aujourd’hui, quiconque veut apprendre se saisit d’Internet (…). Le patrimoine est en ligne, accessible quasiment à tous. Le problème n’est donc pas celui de la possession des savoirs mais celui de leur maîtrise et de leur valeur.

(…) Savoir ne suffit plus ; encore faut-il pouvoir se servir de ce que l’on sait et savoir pour quelles raisons et en vue de quoi l’on s’en sert. Quoi qu’il en soit, étant donné que les savoirs sont en ligne (…) il est logique que l’affaire de l’enseignant se recentre sur la « formation ». Donc derrière le savoir, le sens ; derrière le contenu, la valeur.

Autre point important : si l’enseignant a un rôle majeur à jouer au XXIème siècle, c’est parce qu’il est, avec le parent, l’un des derniers interlocuteurs du futur citoyen. (…) Si l’on veut pérenniser l’acte démocratique, il faut lui conserver sa vigueur, son souffle, son énergie créatrice. Il faut donc enseigner, non pas comment on le pense, des règles à suivre mais apprendre ce que créer du politique signifie. (…) Il faut éduquer les enfants de telle manière qu’ils soient capables de réfléchir à la signification de la norme et d’inventer les nouvelles formes de la démocratie. Avant d’être le lieu de l’apprentissage de l’ordre social, l’école est celui de la rupture, de l’innovation du politique, comme « en deçà » de la cohésion sociale.

L’école (…) non parce qu’elle formerait les citoyens à obéir et les inscrirait dans la norme, mais parce qu’elle les initierait au politique, et que l’initiation suppose nécessairement la rencontre de la tradition avec la création.

(…) Si l’école veut préserver la démocratie de ses pathologies et de ses dérives entropiques, il faut décidément qu’elle enseigne non pas des règles de vie (la société se chargera de cet enseignement-là) mais de la façon dont on les crée.

L’école doit, en quelque sorte, assumer un rôle de vigile démocratique. Elle doit veiller à maintenir la centrale énergétique de la démocratie, sa vitalité créatrice. Elle doit veiller à ce que les élèves soient en état d’inventer la citoyenneté de demain – sans jamais la subir ; bref elle doit tout faire pour que le « déclin » ne soit pas l’avenir de la démocratie. Or, l’on sait, et Michel Foucault l’a bien montré, que l’école est aussi un haut lieu du « pouvoir » dans la mesure où elle organise le maintien des élites en place, légitime les discriminations en pérennisant leurs structures (…) on est bien loin de ce que l’école devrait être.

C’est pourquoi, pour que l’école soit digne d’elle-même et atteigne son objectif, il importe qu’elle fasse découvrir à l’élève sa nécessaire part de créativité publique, son versant politique intrinsèque, qu’elle lui montre le lien qui existe entre « personnalité » et civilité : le politique et la démocratie sont indissociables du « génie » personnel de l’individu (…). »


 

Il me semble évident que les défis politiques, économiques, environnementaux, sociétaux auxquels nos jeunes vont nécessairement devoir faire face dans les prochaines années, nécessitent que nous fassions émerger leur créativité ainsi que leur capacité de réinvention des normes (sociales, économiques, de consommation etc.).

Notre rôle d’enseignant n’est-il pas de donner les meilleurs outils aux jeunes pour leur permettre de s’adapter à la société qui sera la leur ?