Enseigner avec les Intelligences Multiples, Ludopédagogie, Non classé

Pourquoi faire créer un jeu des sept familles ?

Le jeu des sept familles se révèle très intéressant lorsqu’on demande aux élèves d’en créer un. Dans le cadre d’atelier Intelligences Multiples la tâche consistait à résumer un chapitre sous la forme d’un jeu des sept familles.

WhatsApp Image 2018-06-08 at 22.19.02

Souhaïb, Charlotte et Idriss  connaissaient le principe du jeu et ont très vite entrepris de trouver les grands thèmes du chapitre. Voici ci-dessus un aperçu de leur travail !

 

 

 

 

Enseigner avec les Intelligences Multiples, Non classé

Coacher grâce aux intelligences multiples

J’ai eu l’occasion de travailler avec un jeune garçon de 10 ans, que j’appellerai Alexis, qui m’avait été confié afin de remédier à des difficultés qu’il avait au niveau de la compréhension du français.

J’ai d’abord voulu profiler Alexis en utilisant le jeu de société. L’objectif de cette première approche était de vérifier d’abord rapidement ses fonctions exécutives (mémoire de travail, contrôle inhibiteur, flexibilité cognitive). Il s’est révélé qu’Alexis avait une bonne capacité de concentration et de bonnes fonctions exécutives. Ensuite, j’ai utilisé des jeux de langage et de vocabulaire afin de comprendre où se situait ses difficultés en français.

Alexis est d’origine polonaise, il est né en Belgique et a suivi jusqu’ici toute sa scolarité en français. Néanmoins en jouant à « Times Up family » j’ai remarqué qu’une série de mots du vocabulaire courant lui étaient inconnus. Mais à ma grande surprise, ces mots, il ne les connaissait pas non plus dans sa langue maternelle (ce constat fera d’ailleurs l’objet d’une réflexion dans un prochain article).

A travers un jeu que j’avais rendu langagier (« Rondin de Bois »), j’ai remarqué qu’Alexis avait une très bonne intelligence visuelle-spatiale et que sa volonté de réussir le jeu entrainait avec elle une curiosité pour des mots de vocabulaire qu’il ne connaissait pas. Dès lors, au terme de la troisième séance, j’ai pu déterminer la porte d’entrée favorite d’Alexis dans les intelligences multiples et ainsi définir ma stratégie de travail avec lui.

Ce n’est qu’à la quatrième séance que nous avons réellement pu nous attaquer à sa difficulté principale : la compréhension à la lecture.

J’ai utilisé un texte narratif dans lequel il y avait la possibilité de représenter de manière imagée les différents moments clés de la narration. Ma stratégie était de susciter son intérêt pour la compréhension de l’histoire à travers la tâche que je lui avais donnée qui était de réaliser une bande dessinée du petit conte.

Il est intéressant de vous faire part du contexte cette quatrième séance. Il était 17h30 quand j’ai commencé à travailler avec Alexis, il revenait d’une journée d’école. A aucun moment durant la séance, il n’a perdu courage ou s’est déconcentré, il était focalisé sur un exercice qui sollicitait ce qui l’anime : l’intelligence visuelle-spatiale.

3072ddac-7c8a-47b4-b4eb-835165e928e1
Son exigence dans la réalisation de cette bande dessinée a nécessité la compréhension de tout le vocabulaire contenu dans le conte. Au terme de l’exercice il savait répondre à toutes les questions de compréhension du texte. Il avait littéralement intégré l’histoire !

Sur la bande dessinée, vous pouvez lire les mots qui lui posaient le plus de difficulté et qu’il a retranscrit pour fixer l’orthographe.

Enseigner avec les Intelligences Multiples, Lectures, Non classé

Pensées de fin d’année scolaire…

J’ai pu récemment lire dans le livre (déjà recommandé il y a quelques mois) :  « La classe renversée » de J.- C. CAILLIEZ :

  • « La matière enseignée est assez intéressante pour capter l’attention des élèves ;
  • Les élèves sont capables d’enregistrer et d’intégrer un flot continu d’informations pendant plus de 50 minutes ;
  • Les élèves apprennent en écoutant ;
  • Les élèves sont des auditeurs avertis et habiles à prendre des notes ;
  • Les élèves ont des connaissances préalables et le vocabulaire suffisant pour parvenir à suivre les exposés ;
  • Les élèves sont capables de diriger, seuls, leur propre compréhension ;
  • Les élèves sont assez sûrs d’eux-mêmes pour le dire lorsqu’ils ne comprennent pas ;
  • Les élèves peuvent traduire ce qu’ils entendent en action. »

Si ces affirmations conviennent à un tout petit nombre d’élèves, ce n’est pas le cas de beaucoup d’adolescents. Ils ne sont pas de mauvaises volonté, mais l’école n’offre pas toujours (ou n’a pas offert) les conditions suffisantes pour leur permettre de s’épanouir. L’intelligence, la curiosité et le dépassement de soi demandent un terrain de jeu et de déploiement bienveillant et sécurisant. En trouvant les leviers pour maintenir (parfois relancer) l’envie d’apprendre, l’envie de se dépasser, on assiste à de très belles expériences.

Ce mois de juin se termine avec son lot de joies, de fierté, de déceptions parfois, mais surtout avec la satisfaction d’avoir pu assister au déploiement d’ailes de beaucoup d’élèves. Après trois ans d’expériences pédagogiques réalisées au sein de mes classes (avec la joyeuse participation de mes élèves), je suis encore plus convaincue qu’être enseignante est le plus beau métier du monde.

Belles vacances à tous !

Enseigner avec les Intelligences Multiples

Chuuuut, travaux en cours

Grande adepte des travaux de groupe dans mes classes, je consacre beaucoup de temps à imaginer les phases de travail, à réunir les documents nécessaires aux élèves et surtout à penser à une production finale complexe et motivante. Cependant, une fois en classe parfois la sauce prend…parfois pas du tout.

Quand l’activité ne fonctionne pas, je me dis que c’est lié à des facteurs extérieurs :  la dynamique du groupe, mon niveau d’énergie du jour, le moment de la journée etc. Quand l’activité fonctionne, je suis frustrée de ne pas pouvoir toujours correctement quantifier ou qualifier le travail réel de chaque élève.

C’est pourquoi, durant cette dernière semaine avant les congés de Carnaval, j’ai décidé d’appliquer les conseils reçus en formation pour rendre le travail de groupe efficace et véritablement constructif.

1° Il est nécessaire de commencer un travail de groupe par une phase individuelle de prise de connaissance des documents à traiter/analyser.

2° Le professeur explique les rôles dans les groupes avant leur formation. Voici un exemple des rôles à tenir :

img_2050-e1551446431255.jpg

LE/LA PRESIDENT(E) : a une responsabilité importante qui consiste à encourager le groupe, à veiller à ce que chaque membre participe activement aux discussions, à donner la parole à chacun, à calmer les éventuels conflits.

LE/LA PORTE PAROLE : porte la responsabilité de présenter à la classe les résultats du travail de son groupe. Il doit pouvoir refléter fidèlement les idées débattues, les réponses construites etc.

LE/LA SECRETAIRE : a la responsabilité de prend note des idées, solutions, réponses discutées dans le groupe. Sa prise de note et la structuration des notes sera nécessaire au porte parole.

LE/LA MAITRE(SSE) DU TEMPS :  sa responsabilité est de veiller à une gestion efficace du temps imparti pour le travail à réaliser. Si les discussions s’éternisent ou s’égarent, il rappelle le timing.

3° Réunis en groupe, les élèves se concertent pour la répartition des rôles.

A partir de là, le travail de groupe démarre et se régule naturellement. Tous les élèves se mettent en action car ils doivent tenir leur rôle et je peux vous assurer que les autres élèves y veillent !

J’ai eu l’occasion, cette semaine, d’essayer une activité de groupe avec rôles dans trois classes différentes. Pour une fois aucun élément extérieur n’a été un facteur déterminant  de réussite ou de non réussite, cela a juste super bien fonctionné ;).

 

Enseigner avec les Intelligences Multiples, Non classé

Comme un albatros

La poésie a cette incroyable capacité à créer des images, à faire vibrer des émotions insoupçonnées et à nous permettre de flotter quelques instants au-dessus de la réalité. Lorsque j’ai relu ce poème de Baudelaire avec mes yeux d’enseignante, ses mots ont résonné différemment que lorsque j’étais adolescente. Baudelaire décrit le poète, j’y vois l’élève…

Cet albatros me fait penser à tous ces jeunes qui défilent dans le système scolaire.

Ces jeunes qui, durant les trois premières années de leur vie, ont appris à ramper, à se déplacer à quatre pattes pour finalement marcher et courir.

Ces jeunes qui ont dû apprendre à maitriser le mouvement de pas moins de 70 muscles du visage pour parler et communiquer.

Ces jeunes enfants qui ont fait des pas de géants sans aller dans l’école d’aucun maître !

Pour la suite de leur voyage dans les contrées de la connaissance, la lecture du poème de Baudelaire nous rappelle que l’albatros a besoin d’espace et d’estime de lui pour déployer ses grandes ailes. Les classes ne devraient pas se transformer en des lieux de constat d’échecs.

BAUDELAIRE, L’Albatros

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d’eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid !
L’un agace son bec avec un brûle-gueule,
L’autre mime en boitant, l’infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.

 

Nos classes, nos cours doivent permettre à nos jeunes d’exprimer ou de découvrir leurs incroyables capacités. Introduire les intelligences multiples dans les préparations de cours (et laisser travailler les élèves sous ces différentes formes) permet de faire émerger l’apprentissage et la créativité.  Les jeunes s’épanouissent sur cette embarcation où nous les accueillons chaque jour et nous avons le privilège de nous émerveiller de leurs réalisations et de leur progression.

 

Neurosciences et pédagogie

Rendez-vous avec les neurosciences !

Il y a quelques jours, j’ai eu la chance d’organiser dans mon école et d’assister à une formation animée par Joseph Stordeur. Orthopédagogue et formateur indépendant, il propose de former les professeurs à l’application concrète des neurosciences au sein de l’enseignement.

capture d_écran 2019-01-28 à 14.02.40

J’avais découvert J. Stordeur à travers son ouvrage « Comprendre, apprendre, mémoriser : les neurosciences au service de la pédagogie« . La lecture de ce livre m’avait déjà permise de construire des séquences de cours dont la structure respectait les phases nécessaires d’apprentissage pour un adolescent. Lors des derniers examens, le taux d’échec était, en moyenne, de deux élèves sur 22 dans mes classes de troisième année secondaire. Les autres années, un tiers des élèves n’atteignaient pas la moyenne.

La formation que J. Stordeur nous a offerte la semaine dernière fut d’une richesse incroyable tant du point de vue théorique que pratique. En tant qu’historienne, je n’ai pu m’empêcher d’imaginer un parallèle entre notre enthousiasme et celui des médecins du XVIe siècle.  En effet, ceux-ci découvraient avec le médecin André Vésale et ses dissections publiques, l’anatomie détaillée du corps humain. Un pan entier du fonctionnement du corps humain était rendu compréhensible aux praticiens de l’époque. En tant qu’enseignants, nous sommes aussi des praticiens, nous pratiquons la didactique dans nos différentes matières, mais que connaissons-nous vraiment du fonctionnement du cerveau des adolescents en situation d’apprentissage ?

La lecture de l’ouvrage de J. Stordeur ainsi que sa formation m’a ouvert de nouvelles voies afin d’améliorer mon enseignement.

Pratiquement, voici comment j’ai organisé l’un de mes cours en me basant sur les neurosciences. Le cours d’Histoire dont je vais vous parler consiste à faire acquérir aux élèves l’utilisation du concept de système autoritaire.

La séquence de cours se construit en 3 phases : COMPRENDRE, APPRENDRE, MEMORISER

COMPRENDRE s’est accrocher à nos savoirs existants, de nouveaux savoirs. Pour faire comprendre aux élèves la notion de « pouvoir autoritaire », j’ai commencé par utiliser un vocabulaire compréhensible de tous : comment devient-on un chef autoritaire ? quels moyens/outils utiliser pour rester ce type de chef ? quelle image ces chefs donnent-ils d’eux-mêmes auprès d’un groupe ou d’un peuple ?. Les élèves ont visionné un documentaire présentant trois dictateurs et ont collecté des informations sur bases des questions précitées.

Durant cette phase, les élèves ont découvert que la question « comment devient-on chef ? » pouvait être remplacée par le mot légitimité d’un pouvoir. Ils ont également appris que les outils permettant de rester chef se nommaient : répression, propagande, censure etc.

Bien entendu, il ne suffit pas de dire des informations à des adolescents pour considérer qu’ils savent. Il faut passer à …

APPRENDRE, c’est-à-dire permettre une sollicitation répétée des nouveaux savoirs dans un laps de temps assez court. Je n’ai pas demandé aux élèves d’apprendre par coeur les définitions de ces nouveaux mots. Je les ai fait travailler en classe sur l’acquisition de ces termes. Les élèves ont participé à des activités qui nécessitaient une compréhension et une mobilisation de ces mots nouveaux (voir l’article : Un conflit constructif ?).

Parmi les outils d’apprentissages, J. Stordeur préconise le passage par une structuration des connaissances tels que des schémas heuristiques ou mind mapping.

Les phases d’évocation sont également nécessaires, elles consistent à se faire des images mentales des savoirs ou savoir-faire à mémoriser. D’autres pédagogues utilisant les principes des neurosciences recommandent de tester régulièrement les élèves afin de détecter les difficultés avant les interrogations certificatives. Ces tests peuvent se faire sous forme de QCM, textes à trous, schémas à compléter etc.

Vous pourriez, à juste titre, vous poser la question des corrections…Bonne nouvelle ! Durant ces moments d’appropriation des savoirs, il est plus intéressant que les élèves se corrigent eux-mêmes. En effet, ce sont eux qui doivent évaluer l’état de leurs connaissances !

Au cours de cette phase d’apprentissage, le professeur donne le rythme et les outils pour permettre à tous les élèves d’avoir la bonne méthode afin de maîtriser les connaissances indispensables.

MEMORISER à long terme, n’est possible que si l' »APPRENDRE » a été  assuré. Les évocations répétées des nouveaux savoirs sont indispensables pour que ceux-ci restent en mémoire et soient utilisés dans des activités complexes. Certains pédagogues proposent alors aux professeurs de découper leur programme de manière à pouvoir revenir sur des chapitres à différents moments de l’année.

scan0049
« Les neurosciences cognitives dans la classe. Guide pour expérimenter et adapter ses pratiques pédagogiques » de J.-L. BERTHIER, G. BORST, M. DESNOS, F. GUILLERAY, éd. ESF, 2018, p. 187

 

Enfin, quand les savoirs sont suffisamment consolidés, les apprenants peuvent procéder à des transferts, c’est-à-dire à réinvestir ces acquis dans d’autres situations.

Du côté de mes élèves, lors de l’examen de décembre, ceux-ci ont été confrontés à un homme de pouvoir jamais étudié. A travers l’analyse de huit documents, ils ont dû justifier pourquoi le régime de Louis XIV pouvait être considéré comme un système autoritaire. Ils ont dû ainsi mobiliser le concept et le vocabulaire associé. Dans l’ensemble, les résultats ont été vraiment bons. Cela signifie qu’en trois mois les élèves ont acquis un concept complexe et ont surtout été capables de l’appliquer !

Joseph Stordeur a ce don pour parler aux enseignants mais aussi pour donner des outils concrets à utiliser en classe. Il cite cette phrase de Henri Bassis « Tous les enfants sont capables à condition que leur en soient donnés les moyens ». J’en suis moi-même  maintenant définitivement convaincue.

 

 

 

 

Ludopédagogie

QQOQPC

Pour apprendre aux adolescents à structurer leur schéma de pensée j’adore les faire jouer à BLACK STORIES.

Capture d_écran 2018-12-15 à 19.29.48http://www.kikigagne.com/blackstories.htm

Dans un cours d’Histoire, les élèves sont souvent confrontés à des documents historiques qu’ils doivent analyser. Avec ce jeu, ils ont l’occasion de s’entraîner à raisonner, à se poser des questions, à voir une situation sous différents angles.

Comment procéder ? Le maître du jeu tire une carte et inscrit au tableau l’énigme à résoudre : Capture d_écran 2018-12-15 à 19.38.45

Exemple : « Une femme entre dans un bar et demande un verre d’eau. L’homme derrière le comptoir sort une carabine qu’il pointe sur elle. La femme le remercie et sort »

Les joueurs ne peuvent alors poser que des questions fermées au maître du jeu qui répondra par « oui » ou « non ».

 » La femme était-elle menaçante ? » « Y avait-il d’autres personnes dans le bar », « Etait-ce un fusil à eau ? » etc.

Lorsque nous jouons en classe, je fais travailler les 25 élèves. Chacun peut poser une question à tour de rôle. Cependant, je leur explique que pour être réellement efficace dans ce jeu, il faut structurer son questionnement. J’introduis alors la méthode du QQOQPC.

Sur une feuille, les élèves tracent 6 colonnes  : « Quoi ? Qui ? Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? » et partent à la collecte d’informations. Ils comprennent rapidement qu’ils doivent écouter les questions des autres élèves et classer les informations recueillies pour espérer être le gagnant de la partie.

Le jeu et la méthode sont simples à mettre en place en classe et nécessitent très peu de matériel. Les ados, quant à eux, adorent entrainer leur raisonnement logique à travers ce jeu !

Lorsque mes élèves doivent analyser des documents historiques ou doivent résoudre une problématique, je leur demande d’utiliser le QQOQPC. Ils savent dès lors comment procéder. Leur raisonnement est plus efficace et leur analyse bien mieux menée.

…Vous aimeriez savoir maintenant pourquoi la femme remercie l’homme qui la pointe avec une arme ? Vous pouvez poser vos questions dans les commentaires 😉

NB : ce jeu existe dans différentes langues, la motivation à résoudre l’énigme peut être un super moteur pour faire parler les élèves dans un cours de langue, non ?